top of page

Comment Divock Origi est devenu une légende de Liverpool

A nouveau héros de Liverpool hier lors de la victoire sur le fil des Reds face à Wolverhampton, Divock Origi a conforté son statut de chouchou des supporters du mythique club britannique. Super-sub préféré de Jurgen Klopp, le buteur belge est tout simplement en train d'entrer dans la légende des Reds.


"Football without Origi is nothing"


Hier, alors qu'on entrait dans le temps additionnel de la rencontre entre Wolverhampton et Liverpool et que le score était toujours nul et vierge, on voyait mal comment les Reds allaient bien pouvoir se sortir du piège dressé par les hommes de Bruno Lage. Butant depuis le début de la rencontre sur un José Sa en état de grâce, les hommes de Jurgen Klopp semblaient avoir laissé passer leur chance, notamment lorsque Diego Jota avait loupé l'immanquable à l'heure de jeu. Mais, à la 92ème minute, après un bon travail de Mo Salah, Divock Origi réussissait ce qu'il sait faire de mieux : tirer les Reds d'un mauvais pas. Auteur d'un superbe enchaînement contrôle frappe, l'attaquant belge offrait la victoire à Liverpool, pour sa troisième apparition de la saison en Premier League. Depuis, les hommages affluent, que ce soit de la part de ses coéquipiers ("Un jour, j'emmènerai mes petits-enfants voir la statue de Divock Origi à Liverpool", Andy Robertson) ou des supporters qui clament depuis hier que "le football n'est rien sans Origi". Adulé du côté d'Anfield, le buteur belge n'a pourtant jamais été un titulaire à part entière depuis son arrivée au club en 2015. Alors, comment se fait-il qu'aujourd'hui, il soit considéré comme une véritable légende d'un club aussi mythique que le Liverpool FC ?


"Même pas titulaire dans l'équipe du dimanche matin"


Dès 2015, sa signature à Liverpool en provenance de Lille avait suscité des interrogations. Considéré comme un bel espoir du club nordiste, le buteur belge peinait pourtant à progresser et était souvent le sujet de moqueries de la part des suiveurs de la Ligue 1. Après une rencontre décevante face à l'OL en mars 2015, Daniel Riolo avait par exemple déclaré qu'Origi ne serait "même pas titulaire dans l'équipe du dimanche matin" de son collègue de RMC Gilbert Brisbois. Des mots durs pour un attaquant souvent jugé maladroit, peu efficace. Sans jamais répondre aux critiques, le belge lui, a continué de travailler dur dès son arrivée à Liverpool. Remplaçant en début de saison, il avait finir par gagner petit à petit sa place dans le onze de départ des Reds avant d'être fauché en pleine ascension par un tacle très sévère du défenseur d'Everton Funes Mori. Après une saison 2016-2017 où il est barré par la concurrence, Origi voyait son avenir à Liverpool s'obscurcir en 2017 avec l'arrivée de Mo Salah qui le reléguait encore un peu plus loin dans la hiérarchie des attaquants. Devenu remplaçant du remplaçant, il n'avait eu d'autre choix que de part en prêt du côté de Wolfsbourg où il avait été l'auteur d'une saison correcte mais pas non plus transcendante.


"Corner taken quickly.... Origiiiii !!!!"


A son retour de prêt en 2018, Origi est devenu indésirable du côté des Reds. Si son coach Jurgen Klopp l'apprécie humainement, il ne peut lui faire une place au milieu des Firmino, Salah, Mané, Shaqiri, Lallana ou Sturridge. Totalement écarté, il ne dispute que 11 minutes de jeu en Ligue des Champions entre août et décembre 2018. Puis, vient ce fameux 2 décembre et le derby de la Mersey entre Liverpool et Everton. Alors que le score est de 0-0 et qu'il ne reste que quelques secondes à jouer, Origi, enfin entré en jeu lors d'une rencontre de Premier League, inscrit le but de la victoire d'une manière totalement improbable : après une reprise de volée totalement dévissée de Virgil Van Dijk, le ballon rebondit deux fois sur la barre transversale de Pickford avant qu'Origi ne le reprenne de la tête pour crucifier le gardien anglais. Ce but aussi improbable qu'incroyable va marquer un tournant dans la carrière d'Origi. Devenu le super-sub des Reds, il est l'un des héros de l'incroyable demi-finale retour de Ligue des Champions face au Barça. Défait 3-0 au Camp Nou, Liverpool l'emporte 4-0 au retour et Divock Origi inscrit l'un des buts les plus marquants de l'histoire des Reds. Alors qu'il s'apprête à tirer un corner, Trent Alexander-Arnold voit que la défense catalane n'est absolument pas placée et se dépêche d'adresser une passe rapide à Origi qui conclut dans les six mètres. En Angleterre, le commentaire de Steve Hunter de Liverpool TV sur ce but devient viral : le "Corner taken quickly... Origiiiiii!" devient ce soir-là l'équivalent britannique de notre "Second poteau Pavaaarrd !" Revenu au premier plan, Origi scelle la victoire des Reds en finale de Ligue des Champions en inscrivant le deuxième but face à Tottenham en fin de rencontre (2-0).


Dans la légende de Liverpool


Avec ces six mois de folie, l'attaquant des Reds est définitivement entré dans le cœur des Reds, qui le considèrent comme une légende du club et ce malgré des saisons 2019-2020 et 2020-2021 plus compliquées. Annoncé sur le départ cet été, Origi est à nouveau resté du côté d'Anfield et semble prêt à réécrire le scénario de la saison 2018-2019. Disposant d'un temps de jeu famélique depuis le début de saison, l'ex-attaquant du LOSC s'est rappelé aux bons souvenirs des fans des Reds en inscrivant hier son 4ème but en seulement 9 apparitions toutes compétitions confondues. Après la rencontre, Jurgen Klopp était absolument ravi pour son buteur, déclarant que "gagner à la 95e minute, c’est bien, mais quand c'est Div' qui marque, c’est encore mieux." Conscient du manque de temps de jeu du chouchou de tout un peuple, le technicien allemand concédait toutefois "espérer qu'Origi trouve un manager qui le fera jouer plus que lui", laissant la porte ouverte à un départ pour services rendus. Alors, sur le départ Origi ? Probablement, mais rien ne dit qu'avant de partir, le magicien Divock ne se livrera pas à un ultime tour en guise de cadeau d'adieu. Pour le plus grand bonheur d'Anfield.

91 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Ancre 1
bottom of page