top of page

Tableau Noir : Leicester City 2015 - 2016, l'exploit du siècle ?

Un 4-4-2 audacieux, un duo Mahrez-Vardy en feu, l'inusable N'Golo Kanté, la muraille Kasper Schmeichel.... Pour ce nouveau "Tableau Noir", Foot Universal s'est replongé dans l'incroyable saison 2015 - 2016 du Leicester City de Claudio Ranieri !

Les Foxes champions d'Angleterre. Crédits : Football Whispers.

Préambule


4 avril 2015, Leicester City. Un cauchemar. Voilà à quoi ressemble le retour de Leicester City en Premier League après dix années passées à végéter entre le Championship et la League One (D3 anglaise). A neuf journées de la fin, les Foxes sont englués tout au fond du classement et ne semblent guère en mesure de changer les choses. Dernier du championnat à sept points de la zone de relégation, les hommes de Nigel Pearson s'apprêtent à recevoir West Ham dans ce qui ressemblent déjà à un match de la dernière chance. Dans un King Power Stadium plein à craquer, la rencontre est insoutenable pour les supporters locaux. Si l'ancien international argentin Cambiasso ouvre le score dès la 12ème minute de jeu, l'égalisation de Kouyaté vingt minutes plus tard plonge le stade dans la stupeur. Dès lors, la rencontre devient hachée et le stade retient son souffle. Puis, à cinq minutes du terme, c'est la délivrance. Suite à un improbable cafouillage dans la surface, Andy King donne l'avantage à Leicester sans trop savoir comment. Qu'importe, vainqueurs 2-1, les hommes de Pearson sont lancés. Avec sept victoires sur les neuf dernières journées, Leicester réalise une incroyable remontée et s'offre un maintien inespéré. A l'été, Pearson, l'homme qui avait fait remonter le club est viré et est remplacé par l'Italien Claudio Ranieri. L'histoire est en marche.


Schéma de jeu et composition d'équipe



Climat de défiance pour Ranieri !


L'arrivée de Claudio Ranieri à l'été 2015 avait été entourée de scepticisme. Icone du club et consultant vedette en Angleterre, Gary Lineker avait déploré "le manque d'inspiration" des dirigeants des Foxes qui avaient décidé de confier leur destinée à un homme aux préceptes de jeu que l'ancien buteur anglais estimait tout simplement "chiant". Même son de cloche chez Harry Redknapp s'était dit "surpris qu'on autorise Ranieri à revenir en Premier League" quelques années après son passage mitigé du côté de Chelsea ou encore chez René Girard, qui regrettant le manque d'opportunités pour les entraîneurs français à l'étranger, estimait que Ranieri n'avait "pas révolutionné le football" et qu'il devait plus cette nomination à son CV qu'à ses compétences...


Peu friand des passes d'armes médiatiques, Ranieri encaisse et se met au travail. La première de ses missions est de bâtir un effectif compétitif avec ses dirigeants. Avec le départ de l'excellent Cambiasso, les Foxes se voient dans l'obligation de se renforcer au milieu de terrain. Pour cela, ils font venir le Suisse Gokhan Inler, qui sort de quatre saisons réussies du côté de Naples, et un jeune français du SM Caen, encore inconnu du grand public, N'Golo Kanté. Soucieux de se renforcer aux postes clefs, les dirigeants de Leicester font également venir le défenseur central allemand Robert Huth, que Ranieri avait connu du côté de Chelsea, l'attaquant japonais Okazaki, qui sort de deux excellentes saisons du côté de Mayence en Bundesliga et Christian Fuchs, le latéral gauche autrichien de Schalke 04, laissé libre par le club de la Rühr.


Un 4-4-2 simple et efficace


Lors de la fin de saison 2014 - 2015, Leicester avait arraché son maintien grâce à un 5-3-2 bien huilé reposant pour beaucoup sur la paire Cambiasso-Matty James à la récupération. Toutefois, lorsque Ranieri reprend l'équipe, Cambiasso n'est plus là et James est blessé. Alors, celui que l'on surnomme "The Tinkerman", (le bricoleur), se met au travail :


Pendant les matches amicaux, je ne sentais pas cette équipe en 5-3-2. Mahrez, je savais que c'était un excellent joueur. Mais, selon moi, il était meilleur côté droit où il pouvait rentrer avec son pied gauche. Alors, j'ai mis Mahrez à droite et Albrighton, qui est un ailier droit, à gauche. Mahrez, je m'attendais à ce qu'il montre ça cette saison.

Ensuite, j'ai mis en place un 4-4-2, et j'étais parti avec King et Drinkwater en milieux récupérateurs. Ils connaissaient déjà la Premier League. Mais, petit à petit, Kanté s'est imposé, comme une explosion (l'international français ne fut titulaire que deux fois lors des six premières journées). Passons à l'attaque. La saison passée, Ulloa était le capitaine et avait été un grand acteur du maintien du club (11buts). Mais, pour démarrer cette saison, il était un peu en retard au niveau physique. J'ai alors dit que je devais faire jouer les éléments les plus en forme. Et j'ai aligné Okazaki avec Vardy. C'est ainsi qu'est né Leicester.


Loin du 4-3-3 à la Guardiola alors copié de toutes parts, Ranieri décide de se montrer pragmatique en choisissant un 4-4-2 parfaitement équilibré qui sera à la base du succès des Foxes.


Une arrière-garde solide


Si elle n'est peut-être pas la ligne la plus marquante de ce Leicester 2015-2016, la défense concoctée par Claudio Ranieri est plus que solide. S'ils ne sont pas les centraux les plus fins techniquement de l'histoire du football, Robert Huth et Wes Morgan sont de redoutables guerriers, imprenables dans les airs et difficiles à passer en un contre un. Derrière eux, dans la plus pure tradition du club qui a vu passer Gordon Banks et Peter Shilton, les cages de Leicester sont gardées par un très grand gardien en la personne de Kasper Schmeichel. S'il n'a peut-être pas atteint la renommée de son père Peter, nul doute que le danois fait partie des 10 ou 15 meilleurs gardiens de sa génération. En revanche, s'il fallait trouver un point faible dans cette équipe, il viendrait peut-être des défenseurs latéraux. Si l'autrichien Christian Fuchs est un superbe joueur de football, très adroit sur ses centres et capable d'effectuer de longues touches dans la surface, l'arrière droit britannique Danny Simpson apparaît un peu plus fragile. Cependant, entraîné dans la dynamique formidable de son équipe, Simpson va réussir une saison plus qu'honorable et participer lui aussi au fantastique exploit de son club.


Un milieu 4 étoiles


Mahrez - Kanté - Drinkwater - Albrighton. Sur le papier, le milieu de terrain de Leicester n'avait pas de quoi faire rêver les foules à l'aube de la saison 2015-2016. Joueurs de devoir, Drinkwater et Albrighton n'ont guère fait parler d'eux et Kanté, qui sort d'une belle saison à Caen est encore un illustre inconnu en Angleterre. Seul Mahrez, déjà performant lors de la saison précédente, jouit d'une petite côte auprès des suiveurs du championnat britannique. Pourtant, dès son instauration définitive à partir de la septième journée, ce milieu de terrain va se révéler être la force principale du Leicester de Ranieri. Dans l'axe, la paire Kanté - Drinkwater n'a pas son pareil à la récupération. Avec sa lecture du jeu et ses 6 poumons, l'ancien milieu caennais est la révélation de la saison en Angleterre : excellent pour ratisser les ballons, sa faculté à se projeter vite vers l'avant est un atout incomparable pour des attaquants rapides comme Vardy. Sur les côtés, Albrighton, milieu droit reconverti sur l'aile gauche est un joueur infatigable, précieux pour l'équilibre de l'équipe tandis que Mahrez, à droite, est le soliste, celui qui peut faire basculer une rencontre sur un dribble ou une passe. Insaisissable, l'ailier algérien devient la terreur des défenses britanniques. Auteur de 17 buts et 11 passes décisives en Premier League, l'ancien joueur du Havre sera élu meilleur joueur de Premier League à l'issue de la saison.


Le conte de fées Jamie Vardy


Quel joueur symbolise mieux ce Leicester 2015-2016 que Jamie Vardy ? Personne assurément. L'histoire est connue : entre ses 20 et ses 25 ans, Vardy a passé sa vie bien loin du football professionnel. Travailleur en usine la journée, bagarreur dans les bars le soir, ce "bad-boy" jouait le dimanche avec son bracelet électronique accroché autour de la cheville. Mais, à force d'enchaîner les buts dans les divisions inférieures, le véloce attaquant britannique a fini par se faire repérer par Leicester en 2012. Trois ans plus tard, son nouveau terrain de chasse est devenu la Premier League. Aligné devant avec le japonais Okazaki qui, dans un rôle de 9 et demi, harcèle les défenseurs adverses et est capable de venir combiner dans des espaces plus restreints, Vardy dévore les espaces. En confiance, il tente sa chance dans n'importe quelle position et tout lui réussit ! Meilleur buteur du championnat avec 24 réalisations, celui qui devient international anglais au cours de la saison terminera l'année 2016 par une magnifique huitième place au Ballon d'Or.


Le déroulé de la saison


Annoncé comme un candidat potentiel à la relégation, le Leicester City de Claudio Ranieri va progressivement retourner l'opinion publique. Simple "tube de l'été" au départ, les Foxes vont devenir la belle surprise de la première partie de saison avant de s'affirmer définitivement comme des candidats crédibles pour le titre.


Invaincus lors des six premières journées, les hommes de Ranieri semblent rentrer dans le rang lorsqu'ils sont défaits 5-2 à domicile face à Arsenal lors de la septième journée. Erreur ! Dès le week-end suivant, les coéquipiers de Wes Morgan se ressaisissent à Norwich (1-2) et reprennent leur marche en avant, portés par un Jamie Vardy en feu : le 28 novembre 2015 face à Manchester United, celui qui travaillait encore en usine cinq ans auparavant devient le premier joueur de l'histoire de la Premier League à scorer lors de onze rencontres consécutives. Considéré alors comme une simple anomalie destinée à rentrer dans le rang, Leicester gagne en crédibilité au fil des rencontres : le 14 décembre, Chelsea, champion en titre, tombe au King Power Stadium (2-1), le 13 janvier, Tottenham est défait à domicile (0-1), le 2 février, Liverpool tombe (2-0) et encaisse l'un des buts de la saison par Vardy (une demi volée mémorable de plus de 25 mètres)... Et que dire du sprint final ! Après une ultime défaite à Arsenal en février (1-2), Mahrez et ses potes enchaînent sur une incroyable série de 12 rencontres sans défaite ! Finalement, le 2 mai 2016, le conte de fées devient réalité : pour la première fois de son histoire, Leicester City est sacré champion d'Angleterre.


Ce titre, totalement inattendu propulse les Foxes sur le devant de la scène médiatique et plonge la ville dans la folie. Ranieri, le coach moqué pour son absence de palmarès, Vardy, l'ancien bagarreur des pubs du Nord de l'Angleterre et Mahrez, celui qui n'était "pas au niveau pour l'OM" selon l'ancien président phocéen Vincent Labrune, tiennent leur revanche : sans que personne ne les attendent ils viennent de réaliser le plus grand exploit footballistique du XXème siècle...

44 vues0 commentaire

Comentarios


Ancre 1
bottom of page