top of page

Un président ne devrait pas dire ça

Interrogé hier au sujet de Zinédine Zidane, le président de la Fédération Française de Football Noël le Graët s'est offert un nouveau dérapage dont lui seul semble avoir le secret, donnant ainsi une bien triste image de la gouvernance du football français...

Noël le Graët lors de la cérémonie du Ballon d'Or. JP PARIENTE/SIPA

"Rien à secouer !"


La polémique enfle depuis le passage de Noël le Graët hier dans l'émission "Bartoli Time" de RMC. Interrogé sur la rumeur envoyant Zinédine Zidane à la tête de la sélection brésilienne, le patron du football français a répondu de manière extrêmement sèche :


« Ça m'étonnerait qu'il parte là-bas. Mais il fait ce qu'il veut, ça ne me regarde pas, a-t-il expliqué. Je ne l'ai jamais rencontré, on n'a jamais envisagé de se séparer de Didier (...) Est-ce que ça ferait mal au coeur qu'il aille là-bas ? Moi, je n'en ai rien à secouer. Il peut aller où il veut ! Il peut aller où il veut, dans un grand club, une sélection, j'y crois à peine en ce qui le concerne. Si Zidane a tenté de me joindre ? Certainement pas, je ne l'aurais même pas pris au téléphone. »


Violente, voire méprisante, la réponse de Le Graët a de quoi étonner lorsque l'on se rappelle qu'en janvier 2020, le président de la F.F.F. déclarait au sujet de ZZ que, le jour où Deschamps partirait, "Zidane serait l'homme de la situation s'il est disponible à ce moment-là"...


Dérapages incontrôlés


Aussi déplacée soit-elle, la déclaration de Noël le Graët, qui s'est excusé en plaidant "une maladresse", aurait éventuellement pu être pardonnable si elle ne s'inscrivait pas dans une série de sorties médiatiques plus que malaisantes de la part de celui qui est à la tête de la F.F.F. depuis juin 2011.

Si l'on récapitule, en 2019 il déclarait ainsi qu'on "arrêtait trop de matchs pour des cris et manifestations d'homophobie", en 2021, qu'il n'y avait "peu ou pas de racisme dans le football" - allez donc en parler à Samuel Umtiti victime le week-end dernier de cris de singe de la part de supporters de la Lazio Rome -, toujours en 2021, il commentait le conflit qui opposait Corinne Diacre à Amandine Henry d'un navrant "Aucun match perdu. Voilà ce que je retiens. Donc elles peuvent se tirer les cheveux autant qu'elles le veulent" et enfin, en 2022, le magazine SoFoot publiait une enquête décrivant l'attitude du président de la F.F.F comme "lourdingue" avec de nombreuses employées de la Fédération, certaines allant même jusqu'à parler de harcèlement et de messages à caractères sexuels envoyés aux employées. Réponse du boss de la Fédé ? "Les SMS, je ne sais même pas les écrire"....

A 81 ans, l'ancien président de l'En Avant Guingamp apparaît totalement dépassé par l'époque dans laquelle il vit. Que ce soit dans ses interventions médiatiques ou dans son apparence peu soignée (comparez là à celle de Jules Rimet, premier président de la F.F.F. ...), Noël le Graët n'a plus depuis longtemps la prestance nécessaire pour assurer la fonction qu'il occupe. Hier, ses propos sur Zinédine Zidane ont donné l'image d'un homme aigri, aveuglé par son pouvoir. Pourtant M. Le Graët, tout président que vous êtes, jamais votre aura et votre place dans l'histoire du football n'égaleront celle de l'homme que vous n'auriez "même pas pris au téléphone".


Merci Kylian !


Depuis hier, le président de la F.F.F. semble donc plus menacé que jamais. Critiqué de toutes parts, Le Graët a été repris directement par Kylian Mbappé dans un tweet cinglant : "Zidane c'est la France, on ne manque pas de respect à la légende comme ça..."

Dans un monde du football où la parole des joueurs semble toujours plus aseptisée, la prise de position de Mbappé est une véritable bouffée d'air frais. Qui mieux que le footballeur français le plus influent du moment pour porter la parole de la grande majorité des footballeurs du dimanche ? Personne.

Cette condamnation publique de la part du joueur du Paris Saint-Germain est sans doute la plus grosse épine dans le pied de Le Graët dans cette affaire. En effet, ce n'est pas la première fois que le natif de Bondy s'oppose directement à son président et, à la longue, ce conflit pourrait finir par devenir insoutenable pour l'homme censé représenter tous les footballeurs de France. Accroché à son poste comme une bernique à son rocher, le président de la F.F.F. a jusqu'ici résisté à toutes les tempêtes, et il n'est pas dit qu'il n'arrive pas à se sortir de celle-ci sans encombre. En cas de statut quo, le football français devra composer avec ce triste personnage à sa tête jusqu'en 2025. Protégé par les bons résultats de l'Equipe de France de Didier Deschamps, Le Graët avait été réélu pour quatre ans en 2021 avec plus de 70% des voix...

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


Ancre 1
bottom of page