top of page

Rétro 1932 - 1933. 8ème journée : l'OM perd la tête !

Dernière mise à jour : 11 janv. 2023

Huitième épisode de notre rétrospective consacrée au premier championnat professionnel de l'histoire. Au programme de la journée, le faux-pas de l'Olympique de Marseille dans le groupe A qui permet à l'Olympique Lillois de prendre la tête du classement !

Une minute de silence avant la rencontre entre le Red Star et le C.A. Paris en ce jour de commémoration de l'Armistice de 1918.

Préambule


La saison 1932-1933 marque le début d'une nouvelle ère pour le football français puisqu'elle coïncide avec l'adoption du professionnalisme et les débuts du championnat de France (pour en savoir plus, notre article sur cette adoption controversée est disponible ici). Pour cette première saison, les vingt clubs de l'élite sont séparés en deux groupes de 10, les vainqueurs de chaque groupe s'affrontant en fin de saison pour se disputer le titre de champion de France.


L’OM chute contre le Club Français, l’Olympique Lillois poursuit sur sa lancée


Coup d’arrêt pour l’Olympique de Marseille ! Après cinq victoires et deux matchs nuls en sept journées, les Phocéens ont chuté pour la première fois en championnat ce week-end. Opposé au Club Français, qui restait sur une défaite 2-0 à Nice, les Marseillais ont pris l’eau de toutes parts. Alors qu’ils avaient laissé leur meilleur buteur Miklos Boros (5 buts) en tribunes, les parisiens n’ont jamais été aussi impressionnants offensivement cette saison. Portés par leur trio offensif composé de Lucien Laurent, Jules Monsallier et Maurice Banide, tous les trois auteurs d’un doublé, les coéquipiers de l’entraîneur-joueur danois Kaj Andrup ont martyrisé une défense olympienne qui n’a jamais paru en mesure de se ressaisir. Ce faux-pas des marseillais profitent à l’impressionnant Olympique Lillois, facile vainqueur de l’Excelsior Roubaix 2-0 et nouveau leader du groupe A. Dans le groupe B, la défaite d’Antibes à domicile face à Montpellier a été la sensation de cette journée. Leaders incontestés jusqu’ici, les antibois ont vécu un cauchemar à domicile. Capitaine de l’équipe, Alexandre Villaplane a loupé deux pénaltys, le premier détourné par le portier montpelliérain Nemecht, le second frappé à côté. Cette défaite fait le bonheur de l’AS Cannes, vainqueur 4-2 de l’Olympique d’Alès et qui revient à hauteur d’Antibes en tête du classement.

Le match de la semaine : Red Star – CA Paris


Il y avait du beau monde ce vendredi à Saint-Ouen pour assister au choc parisien de la huitième journée de championnat entre le Red Star et le C.A. Paris. Et comme toujours, les deux rivaux parisiens ont proposé un spectacle de qualité aux quelques milliers de spectateurs présents. Privés de leur arme offensive principale, l’écossais Mac Cahill, les capistes ont décroché une victoire au forceps face à des adversaires qu’on annonçait favoris. Pourtant, c’est bien le Red Star, emmené par un jeune Fred Aston particulièrement remuant aujourd’hui, qui avait le mieux débuté la partie. S’ils avaient longtemps buté sur une défense capiste particulièrement efficace, les coéquipiers d’Horacio Finamore avaient fini par logiquement ouvrir le score à la demi-heure de jeu. Après une égalisation parisienne signée Colomb, le Red Star marqua même un second but par Finamore et rentra aux vestiaires avec un léger avantage. En seconde mi-temps, le C.A. Paris revint sur le terrain avec d’autres intentions. Plus entreprenant, les capistes furent d’abord handicapé par leur maladresse offensive. A titre d’exemple, on soulignera le mauvais match de Louis Finot, qui, dans un rôle d’attaquant organisateur à la Alex James, eut beaucoup trop de déchet. Toutefois, grâce à une énergie de tous les instants, les parisiens retournèrent finalement le match en inscrivant 3 buts en seconde mi-temps, dont deux furent à mettre à l’actif de l’attaquant Georges Rose. En face, le Red Star marqua un troisième but pour l’honneur sur une superbe percée de leur latéral droit Diaz, un exploit qui ne permit toutefois pas aux coéquipiers du portier de l’équipe de France Alex Thépot de décroche quelque chose de cette rencontre.


Le joueur de la journée : Elek Schwartz


Huitième du groupe A avec seulement un point d’avance sur la lanterne rouge de l’Excelsior Roubaix, l’équipe de Hyères n’est pas la formation la plus talentueuse de ce premier championnat de France. En revanche, elle ne manque pas de cœur à l’image de son défenseur Elek Schwartz ! Ce solide défenseur gauche arrivé de Roumanie l’été dernier a réalisé une performance tout bonnement exceptionnelle ce week-end lors du match nul décroché par son équipe face à Nîmes. Bien que blessé, ce dur au mal a fait preuve d’un courage admirable et s’est révélé être le véritable patron de la défense hyéroise. Sur une jambe, il s’est ainsi signalé par de multiples interventions défensives et a également été à l’origine de l’ouverture du score de son équipe par un superbe long ballon dans le dos de la défense nîmoise. Un exemple à suivre pour ses coéquipiers s’ils souhaitent que le FC Hyères se maintiennent dans l’élite la saison prochaine.


Résultats et classements :

Les buteurs :


1) Horacio Finamore (Red Star) : 10 buts

2) Pierre Fecchino (AS Cannes) : 9 buts

3) K. Klima (Antibes), J. Dominique (Stade Rennais) : 8 buts

5) Joseph Alcazar (OM) : 7 buts

6) William Barrett (Olympique Lillois), Roger Saint-Pé (Excelsior), Emile Denégri (OGC Nice), Hugh Wallance (Olympique d'Alès) : 6 buts


36 vues0 commentaire

Σχόλια


Ancre 1
bottom of page