top of page

Archibald Leitch, l’architecte du football britannique.

Si l’on vous parle d’Highbury, Anfield, Stamford Bridge, Goodison Park, Ibrox Park, Old Trafford, White Hart Lane, vous nous répondrez que tous ces stades ont pour point commun d’être des antres mythiques dans l’histoire du football britannique. En revanche, ce que l’on sait moins, c’est que toutes ces enceintes doivent beaucoup à un seul et même homme : l’architecte écossais Archibald Leitch.



La catastrophe de l'Ibrox Park


Né en 1865 à Glasgow en Écosse, Leitch avait commencé sa brillante carrière en se spécialisant dans la construction d’industries. La qualité de ses réalisations lui avait permis d’obtenir une réputation suffisamment importante pour que les dirigeants du Kilmarnock FC, doyen des clubs écossais, fassent appel à lui pour la construction de leur nouveau stade en 1899. La réalisation du Rugby Park de Kilmarnock permet à Leitch de se faire un nom dans le monde du football et lui ouvre de nouvelles portes. Ainsi, les dirigeants des Glasgow Rangers font également appel à ses services pour la construction de leur nouvel Ibrox Park, toujours en 1899. Pour celui que l’on surnomme « Archie », ce contrat est une occasion rêvée puisque l’architecte écossais est un fan des Rangers depuis toujours. Dans un premier temps, il livre une enceinte de 40 000 personnes inaugurée le 30 décembre 1899. Mais très vite, les dirigeants des Rangers demandent à Leitch d’agrandir le stade afin de générer des recettes toujours plus importantes. En 1902, les 35 000 places supplémentaires sont prêtes à l'emploi à l'occasion d'une nouvelle rencontre entre les deux nations pionnières du football : l’Écosse et l’Angleterre.


Le match a lieu le 5 avril 1902 et Leitch est dans les tribunes pour assister à l’inauguration de son nouvel écrin. Alors que tout est réuni pour que cette première soit une superbe fête, la rencontre va rapidement tourner à la tragédie. On joue seulement depuis quelques minutes lorsque le sol en bois d’une tribune cède sous le poids des supporters, créant un trou béant sous ces-derniers qui vont effectuer une terrible chute à plus de 12 mètres de hauteur. Le bilan sera effroyable : 26 morts et 516 blessés. Malgré le drame, la partie ira au bout afin de ne pas créer de mouvements de paniques qui auraient pu alourdir encore le bilan des pertes humaines.


La rédemption


Après la rencontre, Leitch est bien évidemment mis en cause. En tant qu’architecte, on l’accuse d’avoir réalisé une infrastructure ne répondant pas aux normes de sécurité. Toutefois, il sortira blanchi de cette affaire, le responsable désigné étant le marchand de bois Alexander MacDougall, coupable d’avoir vendu du bois de moins bonne qualité au prix d’un bois de qualité supérieure commandé par les dirigeants des Rangers. Pour blanchir son prestige qui a tout de même été considérablement entaché par la tragédie, Leitch demande aux dirigeants des Rangers de lui faire à nouveau confiance pour la reconstruction de la tribune responsable de la catastrophe. Il explique aux dirigeants du mythique club de Glasgow qu’en cas de refus, cela équivaudrait à le désigner comme étant le coupable de la tragédie. La stratégie est payante et Leitch obtient à nouveau le marché.


L'architecte du football anglais


Dès lors, Leitch va devenir une véritable référence dans la construction de tribunes ou de stades entiers de l’autre côté de la Manche. Ses réalisations sont facilement identifiables par les murs en briques à l’extérieure de l’enceinte, vestiges du passé de Leitch en tant qu’architecte d’industries, mais surtout grâce à ses « terraces ». Alors qu’aujourd’hui l’immense majorité des tribunes sont remplies de sièges, les terraces étaient des tribunes inclinées où les spectateurs restaient debout. Très appréciées des supporters car elles offraient un angle de vue de qualité peu importe l’endroit où l’on se trouvait dans le stade, elles étaient aussi génératrices d’une ambiance souvent plus festive que les places assises. Pour éviter les mouvements de foules, Leitch inventa les « crushs barriers », qui étaient des barrières métalliques installées de part et d’autre des « terraces » afin de retenir les spectateurs.


Les "terraces" de White Hart Lane

Devenu la référence en la matière, Leitch va être l’auteur de travaux pour seize des vingt-deux clubs de première Division anglaise dans les années 20. Malgré son expérience, il sera toutefois snobé par les dirigeants du football anglais au moment de la construction de Wembley en 1923, ceux-ci étant méfiants de la vision novatrice de Leitch en matière de construction de stades.

Malgré son décès dans un anonymat total en 1939, la patte de Leitch sur le football britannique fut encore très largement visible jusqu’à la tragédie de Hillsborough en 1989 qui condamna les terraces et les crush barriers. Pour cause, ces-dernières furent rendues responsables du décès de 96 supporters, majoritairement étouffées contre elles lors d’un mouvement de foule juste avant une demi-finale de FA Cup entre Liverpool et Nottingham Forest. En revanche, si les tribunes dotées de terraces ont été rapidement remplacées depuis 1989, certaines enceintes portent aujourd’hui encore la patte de Leitch telles que le Goodison Park d’Everton, le Craven Cottage de Fulham ou bien sûr, l’Ibrox Stadium des Glasgow Rangers.

84 vues0 commentaire

Comments


Ancre 1
bottom of page