top of page

Quand Arsenal régnait sur l'Angleterre...

Dernière mise à jour : 31 janv.

Alors dans l'anonymat le plus total depuis sa fondation en 1886, le club d'Arsenal va émerger au début des années 30 pour devenir, de loin, la meilleure équipe d'Angleterre. Retour sur le premier âge d'or d'un club mythique.

Arsenal, saison 1929-1930

Le protecteur de l'Emirates Stadium


Devant l'entrée de l'Emirates Stadium, un homme se dresse, les yeux rivés sur l'enceinte. Les mains jointes dans le dos, un léger embonpoint, la tête haute, l'homme en impose dans son costume trois pièces. Qu'il neige ou qu'il vente, son regarde ne quitte jamais l'antre des Gunners, ou plutôt devrions nous de SES Gunners. Aux abords du stade, la statue d'Herbert Chapman n'est pourtant pas la plus visitée par les visiteurs venus des quatre coins du monde, celles de Thierry Henry ou de Dennis Bergkamp ayant le plus souvent leur préférence. En revanche, les vrais fans d'Arsenal, ceux tombés amoureux du club et de son histoire depuis leur enfance, savent bien ce qu'ils doivent à Herbert Chapman. Sans lui, Arsenal ne serait peut-être jamais sorti de la torpeur qui était la sienne depuis sa création en 1886. Mais pour mieux comprendre l'importance de Chapman dans l'histoire d'Arsenal, il est nécessaire de faire un saut dans le passé, direction la capitale londonienne et l'année 1925.


Des Gunners qui tirent à blanc


Quarante ans d'histoire pour... pas grand chose ! En caricaturant, voilà comment l'on pourrait résumer les quatre premières décennies d'existence d'Arsenal. Oscillant entre la Première et la Deuxième Division, le club dirigé par l'influent Sir Henry Norris a plus souvent fait parler pour la réputation sulfureuse de son président (qu'on accuse notamment de corruption) que pour ses résultats sportifs. C'est bien simple, lorsque Chapman débarque en 1925, le club n'a encore jamais rien gagné et vient de terminer la saison à une pénible 19ème place (sur 22 équipes) en D1. Si Arsenal n'est alors pas un club qui compte sur le plan sportif, Herbert Chapman, lui, est déjà un entraîneur reconnu. En poste à Huddersfield depuis 1921, son passage chez les Terriers a été synonyme de succès : en quatre ans, le club a remporté une FA Cup et deux Premier Division ! Le choix de Chapman peut ainsi apparaître surprenant tant l'écart de niveau entre Huddersfield et Arsenal est immense à l'époque. Ce serait négliger un détail qui n'est pas des moindres : s'il est réputé proche de son argent, Sir Henri Nooris sait faire des efforts financiers lorsqu'il estime que c'est nécessaire. Ainsi, pour sortir son club des bas fonds du classement, il n'a pas hésité à proposer à Chapman le double du salaire que celui-ci touchait du côté d'Huddersfield.


Le premier manager moderne


L'influence d'Herbert Chapman dans l'histoire des entraîneurs anglais est sans commune mesure. Avant lui, le rôle des entraîneurs est bien souvent réduit à celui d'un simple préparateur physique, voire technique pour les meilleurs d'entre eux. En revanche, le pouvoir au sein des clubs est dans les mains des dirigeants, certains ne se privant pas pour faire eux-mêmes les compositions d'équipe. Bien loin de ces entraîneurs "pantins", Chapman est lui le premier véritable "manager". Impliqué dans toutes les décisions importantes, c'est également lui qui s'occupe du recrutement des joueurs. Lorsqu'il arrive à Arsenal, il amène ainsi dans ses valises Charlie Buchan, meilleur buteur de l'histoire de Sunderland. Joueur d'expérience du haut de ses 34 ans, Buchan va devenir immédiatement le capitaine de sa nouvelle équipe. S'il ne connaîtra jamais les grands succès des Gunners (il quitte le club en 1928), il va jouer un rôle crucial dans l'encadrement des joueurs qui formeront la grande équipe d'Arsenal des années 30. Surtout, il va être à l'origine de la création du WM, système tactique pensé par Chapman et Buchan après une sévère défaite face à Newcastle en octobre 1925. (Pour en savoir plus sur l'histoire de cette tactique, c'est ici que ça se passe !). L'invention du WM marque un véritable tournant dans l'histoire des Gunners. Auparavant largement ignorés, ils vont être cette fois imités par l'ensemble des équipes d'Angleterre, puis du monde entier. Un manager hors du commun, une tactique révolutionnaire; à l'orée des années 30, Arsenal est enfin prêt à écrire sa légende.


L'âge d'or


Entre 1925 et 1929, Herbert Chapman parvient à maintenir Arsenal dans le ventre mou, bien loin de la lutte pour la relégation qui était devenue le pain quotidien du club avant son arrivée. Capables du meilleur (une finale de Cup en 1926-1927, perdue face à Cardiff) comme du pire (une terrible série de six défaites consécutives avec 5 buts marqués pour 26 encaissés, toujours en 1926-1927), il manque à ces Gunners là quelques joueurs de classe pour devenir une véritable grande équipe. Alors, Chapman retourne prospecter et finit par dénicher deux perles rares : Alex James, milieu de terrain (ou demi-centre pour reprendre les termes de l'époque) de Preston North End et Cliff Bastin, un môme de 17 ans à qui il n'a fallu qu'une saison du côté d'Exeter pour faire preuve d'un sens du but hors du commun. Avec ses deux nouvelles recrues, Chapman tient enfin le bon bout. Au milieu de terrain, Alex James est un véritable organisateur de jeu, capable de ralentir le tempo lorsque cela est nécessaire, mais surtout de donner des ballons dosés à la perfection que Bastin se fait une joie de mettre au fond. Associés à Jack Lambert, un milieu offensif (ou inter) arrivé au club en 1926, Bastin et James conduisent Arsenal à la victoire finale en FA Cup en 1930, le tout premier trophée de l'histoire du club. Dès lors, les rouge-et-blanc deviennent le club le plus réputé d'Angleterre. Dès 1930-1931, ils remportent la Premier Division en inscrivant un total impressionnant de 127 buts en 42 matchs, une stat assez amusante lorsque l'on sait qu'on a souvent taxé le WM de Chapman de "tactique défensive" ! De nouveau champion en 1933, 1934, 1935, 1938 et vainqueur de la Cup en 1936, l'Arsenal des années 30 est tout simplement l'une des équipes les plus dominatrices de l'histoire du football anglais. Touchés mais pas coulés par le décès brutal d'Herbert Chapman en 1934, les Gunners seront finalement stoppés dans leur élan par la Seconde Guerre Mondiale. Par la suite, ils alterneront période de succès (années 48-53 et fin des années 80) et de vaches maigres (la période 1953-1989, excepté un doublé coupe-championnat en 1979), avant qu'un certain Arsène Wenger ne vienne rejoindre l'immense Herbert Chapman dans la légende et le cœur des supporters du club londonien.


87 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Ancre 1
bottom of page